BNP AM

L'investisseur durable d'un monde qui change

Rechercher par

Filter by

Asset class

Economics

Geography

Investing

PODCASTS
EQUITIES
Currencies
BLOG | – 4 Min

Points marquants de l’allocation d’actifs – « Quand les faits changent... »

Daniel Morris
By MAYA BHANDARI, DANIEL MORRIS 05.07.2022

Dans cet article

    Les portefeuilles diversifiés ont adopté un positionnement plus prudent depuis fin février en raison du scepticisme qui entoure la prévision d’« atterrissage en douceur » de l’économie, alors que les politiques monétaires se durcissent et que les rendements obligataires plus élevés justifient le choix d’une duration courte sur les obligations. Concernant les actions, cette configuration justifie d’être court sur l’Europe, mais positif sur l’Asie (Japon et Chine). Nous restons longs sur les matières premières.[1]   

    Pour les banques centrales, les faits ont changé : l’inflation a été suffisamment persistante pour qu’elles arrêtent de la qualifier de « transitoire » et qu’elles commencent à intervenir. En parallèle, les marchés ne s’attendent pas à ce que la Réserve fédérale américaine ou la BCE soient en mesure de maintenir leur politique de rigueur et anticipent une inversion brutale du cycle actuel de hausses des taux à partir de 2023.

    Globalement, les obligations n’intègrent pas encore un scénario de récession, contrairement aux actions. Les marchés ont une impression de « déjà vu » : les variations des rendements et le recul des grands marchés actions rappellent les événements de mars 2020 et l’émergence de la Covid. La confiance vis-à-vis de la croissance mondiale n’a jamais été aussi faible et les craintes de stagflation ont retrouvé leur niveau de juin 2008. Sans surprise, les perspectives de bénéfices sont au plus bas depuis septembre 2008, malgré un temps de retard des analystes.

    Si les spreads de crédit se sont élargis, les performances fortement négatives de la classe d’actifs sont pour l’essentiel imputables à la duration. La prime de liquidité réclamée par les investisseurs sur les obligations d’entreprises a augmenté, mais les fluctuations ont été relativement limitées. Sur le segment des obligations à haut rendement, la prime est encore bien inférieure aux 400 points de base exigés en période de crise. Nous nous demandons si les spreads actuels pourront réellement rémunérer les investisseurs en cas de détérioration du risque de crédit si le contexte se dégrade encore.

    Les obligations d’entreprises investment grade affichent des valorisations particulièrement intéressantes par rapport aux actions tant aux États-Unis qu’en Europe. Nous n’hésiterons pas à nous positionner à l’achat sur le crédit si notre appétence pour le risque augmente.

    Actions – Première alerte

    La chute de plus de 20 % des actions américaines à la mi-juin est pour certains le signe que les marchés anticipent déjà une récession. De notre point de vue, c’est là une mauvaise interprétation. Cette chute est presque intégralement imputable à la hausse du 10 ans américain, passé de -1,2 % à plus de 0,8 %.

    Si les marchés percevaient réellement une récession, les anticipations de bénéfices auraient fortement chuté. Or, à l’exception des matières premières, elles n’ont guère évolué malgré la dégradation des perspectives. Les bénéfices ont même plutôt bien résisté en Europe hors Royaume-Uni.

    Toutefois, la réduction récente des approvisionnements en gaz russe remet en question tout optimisme quant aux perspectives pour l’Europe. L’Europe a davantage besoin du gaz que la Russie n’a besoin des revenus de sa vente, cette dernière ne paraissant pas avoir un grand besoin de devises étrangères. En effet, un arrêt complet des exportations de gaz russe provoquerait probablement un épisode de stagflation dans la région, la croissance du PIB devenant négative et l’inflation restant élevée.

    Qu’en est-il de la Fed ?

    Après le récent tour de vis de 75 points de base opéré par la banque centrale américaine, les taux directeurs semblent désormais être au niveau qu’ils auraient dû atteindre il y a plusieurs mois. La trajectoire des taux dépend désormais de l’évolution de l’inflation dans les mois à venir. La Fed s’attend à ce que l’inflation globale des dépenses personnelles de consommation (PCE) tombe à 5,2 % d’ici fin 2022 et à 2,6 % en 2023, le PCE sous-jacent tombant quant à lui à 4,3 %, puis à 2,7 %.

    Les facteurs inflationnistes transitoires tant espérés devront se manifester pour que ces projections d’inflation se réalisent.

    Or, si certains facteurs à l’origine de l’inflation, comme les goulets d’étranglement des chaînes d’approvisionnement et la demande insatisfaite, devraient se dissiper, d’autres facteurs structurels plus durables pourraient contribuer à maintenir une hausse plus durable des prix. La relocalisation des activités de production pourrait neutraliser les économies permises par la mondialisation, la baisse des taux d’activité pourrait freiner les services et les prix de l’immobilier continuent d’augmenter au rythme de 20 % par an, ce qui se traduira par une hausse des loyers.

    Les États-Unis pourront-ils éviter une récession (c’est-à-dire deux trimestres de croissance négative du PIB) ? Nous le pensons. Pour autant, nous anticipons un net ralentissement de la croissance en 2023, avec une hausse du chômage qui entraînera une baisse des salaires et, au final, de l’inflation sous-jacente (services). Les prix des biens devraient progresser plus lentement (voire baisser dans certains cas) avec le jeu des effets de base, tandis que la hausse des taux hypothécaires freinera l’appréciation des prix des logements.

    Opinions à l’égard des classes d’actifs au 30 juin 2022



    [1] Le titre fait référence à la citation « Quand les événements changent, je change d’avis. Et vous, que faites-vous ? » attribuée à l’économiste Paul Samuelson. Source : https://quoteinvestigator.com/2011/07/22/keynes-change-mind/

    Avertissement

    Veuillez noter que les articles peuvent contenir des termes techniques. Pour cette raison, ils peuvent ne pas convenir aux lecteurs qui n'ont pas d'expérience professionnelle en matière d'investissement. Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de la publication, sont fondées sur les informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion de portefeuille peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients. Le présent document ne constitue pas un conseil en investissement. La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse, et les investisseurs sont susceptibles de ne pas récupérer leur investissement initial. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les investissements sur les marchés émergents ou dans des secteurs spécialisés ou restreints sont susceptibles d'afficher une volatilité supérieure à la moyenne en raison d'un haut degré de concentration, d'incertitudes accrues résultant de la moindre quantité d'informations disponibles, de la moindre liquidité ou d'une plus grande sensibilité aux changements des conditions de marché (conditions sociales, politiques et économiques). Pour cette raison, les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis sur les marchés émergents peuvent être plus risqués.

    Related posts

    Cette semaine sur les marchés – Noël en Novembre
    WEEKLY
    MARKET UPDATE 17.11.2022
    SUJETS D'ACTUALITE | Blog - 5 Min

    Cette semaine sur les marchés – Noël en Novembre

    Depuis la publication le 10 novembre des prix à la consommation aux Etats-Unis, les rendements obligataires ont continué à se...

    NATHALIE BENATIA
    | 17.11.2022
    Cette semaine sur les marchés – Le rythme du ralentissement
    WEEKLY
    MARKET UPDATE 10.11.2022
    SUJETS D'ACTUALITE | Blog - 3 Min

    Cette semaine sur les marchés – Le rythme du ralentissement

    Les banques centrales relèvent leurs taux directeurs pour réduire la demande globale et la remettre en phase avec la capacité...

    DANIEL MORRIS
    | 10.11.2022

    Les faits marquants de Viewpoint chaque semaine

    Abonnez-vous a notre newsletter hebdomadaire pour recevoir nos dernières publications.

    Please enter a valid email
    Veuillez cocher les cases ci-dessous pour vous abonner

    Suivez-nous

    Recevez nos dernières actualités en temps réel